La copropriété en main dominante

par David Rodrigues, Juriste à l’association Consommation, Logement et Cadre de Vie (CLCV)
Affichages : 638

©AdobeStock

On parle de copropriété en main dominante lorsque l’un des copropriétaires détient plus de la moitié des quotes-parts de parties communes. Or, en assemblée générale, une telle situation est problématique dans la mesure où la personne majoritaire impose alors son vote aux autres copropriétaires. Avec le risque que les décisions prises ne le soient pas dans l’intérêt du syndicat... C’est pourquoi le législateur est intervenu et a mis en place certaines règles en vue de contourner cet écueil.

©AdobeStock

Article paru dans les Informations Rapides de la Copropriété numéro 695 de janvier - février 2024

À lire

Les réserves formulées en assemblée

par David Rodrigues, Juriste à l’association Consommation, Logement et Cadre de Vie (CLCV)
Affichages : 1120

©AdobeStock_684679746

Il n’est pas rare de voir des copropriétaires assortir leur vote en assemblée générale de réserves portant, par exemple, sur la rédaction de la résolution ou sa légalité. Si elles sont effectivement prévues par les textes, leur inscription dans le procès-verbal demeure strictement encadrée. Mais, au-delà, c’est la question de leur intérêt qui se pose.

©AdobeStock_684679746

Article paru dans les Informations Rapides de la Copropriété numéro 694 de décembre 2023

À lire

Copropriété : Les charges à la suite d’un changement d’usage des parties privatives

par David Rodrigues, Juriste à l’association Consommation, Logement et Cadre de Vie (CLCV)
Affichages : 1316

©clics_Jérome Chion

La grille de répartition des charges est généralement intangible, sinon en droit, du moins en fait. Car exiger l’unanimité pour pouvoir en modifier la teneur relève d’une pure vue de l’esprit : déjà difficilement atteignable dans les petites copropriétés, cette majorité est simplement illusoire dans les résidences de taille moyenne. Le législateur a, heureusement, prévu des tempéraments à cette règle de l’unanimité, notamment en cas de travaux ou, dispositif moins connu, en cas de changement d’usage des parties privatives.

©clics_Jérome Chion

Article paru dans les Informations Rapides de la Copropriété numéro 693 de novembre 2023

À lire

Copropriété : Assemblée générale annuelle et rémunération du syndic

par David Rodrigues, Juriste à l’association Consommation, Logement et Cadre de Vie (CLCV)
Affichages : 1819

213111849Les honoraires du syndic pour la tenue de l’assemblée générale sont régulièrement l’objet de litiges et d’incompréhensions. Nombreux sont ceux qui estiment que cette prestation doit être incluse d’office dans les honoraires de base, sans possibilité de facturation complémentaire.

Un raisonnement qui se tient sur le principe. 

Article paru dans les Informations Rapides de la Copropriété numéro 692 d'octobre 2023

@Adobe213111849

À lire

Copropriété : La fiche d'information du contrat de syndic

par David Rodrigues, Juriste à l’association Consommation, Logement et Cadre de Vie (CLCV)
Affichages : 1497

@Dilok/adobestockDans un souci de transparence tarifaire, l’ordonnance de réforme de la copropriété du 30 octobre 2019 a imposé l’obligation aux syndics d’annexer à leur contrat une fiche d’information sur le prix et les prestations proposées. Le contrat devant déjà respecter un modèle type, cette fiche a principalement pour fonction d’aider les copropriétaires et les conseillers syndicaux à mettre en exergue les points saillants de la rémunération du syndic et, le cas échéant, à faciliter la mise en concurrence.

Article paru dans les Informations Rapides de la Copropriété numéro 691 de septembre 2023

À lire

Copropriété : Famille, proches et conseil syndical

par David Rodrigues, Juriste à l’association Consommation, Logement et Cadre de Vie (CLCV)
Affichages : 3334

©yavyavLe conseil syndical : derrière cette instance, il y a des femmes, des hommes, qui interviennent pour que la copropriété fonctionne au mieux. Mais si l’on peut clairement identifier ces personnes et en déduire leurs droits et obligations (interdiction pour le syndic d’être membre du conseil syndical, par exemple), qu’en est-il pour leurs proches ?

Dans quelles mesures les membres de la famille d’un copropriétaire ou d’un syndic peuvent-ils participer au conseil syndical ? Le législateur a ici cherché un équilibre entre la nécessité de faciliter la gestion des copropriétés et la limitation des risques de conflits d’intérêts.

Article paru dans les Informations Rapides de la Copropriété numéro 690 de juillet / août 2023

À lire

Copropriété : Syndics en ligne et droit de la copropriété

par David Rodrigues, Juriste à l’association Consommation, Logement et Cadre de Vie (CLCV)
Affichages : 959

©Sergio_AdobeStock_596550168Les évolutions sociétales, technologiques et la volonté d’investir un domaine que d’aucuns espèrent en plein essor, ont poussé des entreprises à proposer une gestion entièrement à distance des copropriétés en contrepartie d’honoraires moins élevés.

«On a réinventé le syndic, pas la roue», nous dit d‘ailleurs, par panneaux publicitaires interposés, l’un de ces syndics en ligne ou néo-syndics.

Or, un syndic peut-il être dématérialisé ? Autrement dit, le droit de la copropriété peut-il constituer un obstacle à cette pratique ?

Article paru dans les Informations Rapides de la Copropriété numéro 689 de juin 2023

À lire

Copropriété : Les troubles causés par le locataire

par David Rodrigues, Juriste à l’association Consommation, Logement et Cadre de Vie (CLCV)
Affichages : 4516

«Un mauvais voisin est une calamité, un bon voisin un vrai trésor». Le poète grec Hésiode avait vu juste lorsqu’il affirmait ainsi la richesse humaine que peuvent procurer de bonnes relations de voisinage.

Malheureusement, si l’on choisit son logement, il en va tout autrement pour les voisins qui s’imposent naturellement à nous, pour le meilleur, mais également pour le pire.

Sur ce point, force est de constater que les troubles de voisinage sont inhérents à la vie en collectivité. Bien que ces litiges ne soient pas toujours aisés à régler, le fait qu’ils soient causés par un locataire présente quelques particularités, tant à l’égard du bailleur que des autres copropriétaires.

Article paru dans les Informations Rapides de la Copropriété numéro 688 de mai 2023

©DR

À lire

Copropriété : L'indécence énergétique du logement

par David Rodrigues, Juriste à l’association Consommation, Logement et Cadre de Vie (CLCV)
Affichages : 2353

©Praewphan_AdobeStock_554450183À la suite de la loi Climat et Résilience du 22 août 2021, les copropriétaires vont être fortement incités à réaliser des travaux d’économie d’énergie notamment via le plan pluriannuel de travaux. En parallèle, le législateur a pris des mesures à destination des bailleurs en faisant de la performance énergétique du logement un critère de décence.

Un moyen de rendre obligatoire, sans le dire, les opérations de rénovation énergétique. Or, cela n’est pas toujours chose aisée, surtout face aux contraintes inhérentes au fonctionnement des copropriétés.

Article paru dans les Informations Rapides de la Copropriété numéro 687 d'avril 2023

À lire

Copropriété : La superficie privative du lot

par David Rodrigues, Juriste à l’association Consommation, Logement et Cadre de Vie (CLCV)
Affichages : 2187

©zephyr_p_AdobeStock_214810826Tout acte de vente d’un lot en copropriété doit mentionner la superficie privative de ce dernier, appelée plus couramment surface «loi Carrez».

Il s’agit d’informer et de rassurer le candidat acquéreur sur les modalités de calcul de la superficie du lot afin d’éviter toute mauvaise surprise dans l’hypothèse où le logement serait situé sous les combles.

Attention, toutefois, car la surface Carrez est spécifique à la copropriété et ne s’applique pas en matière locative.

Article paru dans les Informations Rapides de la Copropriété numéro 686 de mars 2023

À lire