[N° 540] - Gardien concierge : un métier en voie de disparition ?

par Maud PHILIBERT
Affichages : 33112

Index de l'article

L'historien Jean-Louis Deaucourt indique que le “concierge” également nommé “portier” ou “suisse” est apparu très tôt dans la littérature du Moyen-Âge indiquant ainsi sa présence dès cette époque, présence qui s'est perpétuée jusqu'à nos jours.
Si le concierge a, de tout temps appartenu à la vie de l’immeuble, force est de constater aujourd’hui sa disparition progressive.
Encore que les copropriétés aient de nouveau tendance à se réapproprier la vocation sociale de celui qu’on pourrait appeler le “chef d’orchestre” non seulement des parties communes mais aussi de la vie sociale qu’il maintient dans les lieux.

La nature juridique du statut de “concierge”

“Sont considérés comme concierges, employés d'immeubles ou femmes de ménage à usage d'habitation, toutes personnes salariées par le propriétaire ou par le principal locataire et qui logeant sur l'immeuble au titre d'accessoire du contrat de travail, sont chargés d'assurer sa garde, sa surveillance et son entretien ou une partie de ces fonctions. Les dispositions du présent chapitre sont applicables aux salariés définis à l'alinéa précédent à l'exclusion des concierges attachés à la personne même du propriétaire.” ( article L.771-1 du code du travail).

Depuis les années 60, la jurisprudence de la Cour de cassation a exclu :
- les employés d'hôtels meublés (Soc. 24 juin1966)
- les personnes qui n'assument que des tâches de ménage sans assurer aucune surveillance des locaux (soc. 26 février 1969) .

Le gardien concierge peut être employé à titre privé par un syndicat de copropriétaires lequel délègue obligatoirement sa gestion à un syndic. Ce syndic peut être soit un syndic professionnel, soit un syndic bénévole.