[N° 588] - Surélévation des immeubles : élevons-nous ! - Un petit collectif exemplaire

par Guillaume HECHT
Affichages : 47439

Index de l'article

Un petit collectif exemplaire

Notre deuxième exemple porte sur une petite copropriété située dans le 14ème arrondissement de Paris. Il s’agit d’un immeuble de 677 m2 situé sur une parcelle de 314 m2. Avec un COS de 3[cœfficient d’occupation des sols – ndlr], les droits résiduels à construire permettaient de créer 265 m2.
Le projet a consisté à surélever d’un niveau au droit de façade, surmonté d’un niveau de combles aménagés. L’aménagement de ces derniers a révélé nombre d’avantages dont :
- faciliter l’isolation de la toiture dans le cadre des travaux de requalification énergétique
;
- créer des m2 supplémentaires à moindre coût
;
- optimiser la compacité et donc réduire la consommation énergétique (chauffage, déperditions).
Les chiffres parlent d’eux-mêmes : d’un côté, les coûts de création ajoutés au montant des travaux d’amélioration énergétique (solaire thermique, changement des fenêtres, isolation des planchers hauts et remplacement de la chaudière) s’élèvent à 1,38 M€. De l’autre côté, la vente du foncier aérien rapporte 2,08 M€. La plus-value est de 700 k€ pour la copropriété.
Outre la belle opération financière, les charges de copropriété ont considérablement diminué, et ce, grâce à trois facteurs :
- l’augmentation des millièmes servant de base au calcul de répartition des charges ;
- l’impact thermique du rehaussement de deux niveaux (meilleure compacité) ;
- la meilleure performance énergétique de l’immeuble ;
• Sur plan financier :
- coûts de création : 1,144 M€
(260 m² x 4.400 €/m²) ;
- coûts de la requalification : 236 k€
- prix de vente : 2,08 M€

Photo : Vue de l’immeuble avant et après surélévation. Crédit : ©DR