Copropriété : La maîtrise du coût du chauffage

par Nathalie Levray, Journaliste
Affichages : 10868

Index de l'article

© Olivier Rateau / Adobe StockAlors que les charges de chauffage pèsent lourdement dans le budget des copropriétés, il devient, face aux aléas pesant sur le prix des énergies, encore plus urgent de maîtriser sa consommation.

Article paru dans les Informations Rapides de la Copropriété numéro 682 d'octobre 2022

12,51 euros par m² et par an. Tel était le coût du chauffage en copropriété en 2020. Premier poste de dépenses, presqu’un quart du budget d’un immeuble. La facture du chauffage dépend du mode de chauffage et de la qualité thermique du logement, des aléas de l’hiver et du prix de l’énergie. Ainsi la dépense avait-elle baissé, selon la FNAIM Grand Paris, de 8,4 % entre 2019 et 2020 en raison d’un hiver doux… mais l’année 2021 s’est caractérisée par une forte hausse des prix du gaz, du fioul domestique et de l’électricité. Les dépenses mensuelles d’énergie des Français ont augmenté, selon l’Insee, en moyenne de 64 euros en octobre 2021 par rapport à décembre 2020. Et depuis, la guerre a été déclarée en Ukraine…

Face à ces paramètres immaîtrisables, la seule solution raisonnable est la moindre dépense. Précisons d’emblée que les immeubles collectifs chauffés individuellement, là où la gestion est privative et s’organise au niveau du lot, ne sont pas concernés ici. Ce qui suit s’adresse donc aux copropriétaires, aux syndicats et aux syndics de copropriété d’immeubles chauffés et gérés collectivement. Diverses actions sont envisageables pour diminuer les charges liées au chauffage inscrit au budget d’une copropriété, dont l’effet est à plus ou moins long terme : mise en concurrence des énergéticiens, remplacement de la chaudière, travaux d’isolation, installation de compteurs individuels, etc. Même si le bilan énergétique, dans sa forme de diagnostic de performance énergétique - collectif, ne sera obligatoire pour les copropriétés dont le permis de construire est antérieur au 1er janvier 2013 qu’au plus tôt en 2024, celui-ci est à même de présenter les meilleures mesures propre à réduire le gaspillage du chauffage.

© Olivier Rateau / Adobe Stock