[N° 592] - L’isolation thermique par l’extérieur Les solutions techniques - Diagnostic technique préalable de la configuration

par Paul TURENNE
Affichages : 24366

Index de l'article

Le choix d’une solution pour rénover l’isolation existante d’un immeuble implique de réaliser au préalable un diagnostic technique approfondi. Différents points doivent ainsi être pris en compte. Il convient tout d’abord d’identifier les points singuliers de l’enveloppe, tels que les débords de toiture, les départs de sol, ou bien encore les appuis de fenêtre qui devront être traités séparément. Il en est de même pour les éléments de fixation en façade (paraboles, volets ou gouttières par exemple), dont l’entrepreneur devra assurer le démontage, puis le remontage, une fois l’isolation en place.
Autre point à étudier : la configuration des façades. Il s’agit ici de déterminer les risques de chocs, ceux liés à la présence de végétation ou à l’orientation par rapport au soleil. Sans compter les éventuels problèmes liés à la mitoyenneté qui pourraient se poser avec la surépaisseur causée par l’isolant.
La connaissance des propriétés mécaniques de la façade est également primordiale. Après en avoir évalué sa planéité, l’entrepreneur devra s’assurer de la résistance de la façade, via des carottages ou des prélèvements indispensables pour s’assurer de la cohésion du support et, dans le cas d’un enduit sur isolant, d’adapter le type de colle à la nature de celui-ci. Dans le cas d’un isolant fixé mécaniquement, des essais d’arrachement de fixation seront nécessaires pour déterminer le type de fixation à employer et la charge admissible pour le support.
Toujours dans l’optique d’assurer la longévité de la solution mise en œuvre, le professionnel devra tout particulièrement s’assurer de l’absence de traces d’humidité potentielles aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur. Outre les causes externes (remontées d’humidité par capillarité, infiltrations par la toiture ou dégâts des eaux), les problèmes d’humidité dépendent de la composition du mur et, en particulier, de la nature du revêtement extérieur. Un problème de perméance risquera ainsi d’entraîner des risques de condensation importants, a fortiori, si un système de ventilation performant n’a pas été pas posé au préalable.