[CCED N°8] - Le reportage : Copropriété «Canuts» à Argenteuil, un plan de sauvegarde prometteur - Une équipe soudée et motivée : Clé de voûte de la réussite du sauvetage

par Nathalie Brocard-Figuière, juriste
Affichages : 13073

Index de l'article

Une équipe soudée et motivée : Clé de voûte de la réussite du sauvetage

Tous les acteurs le relèvent : le plan sauvegarde n’aurait pas pu être mené à bien sans une équipe extrêmement unie et réactive à toutes les étapes du projet. L’expérience “Canuts” a rassemblé :
• un conseil syndical très motivé, uni et vigilant, quand bien même ses membres, n’avaient pas, au départ de connaissances spécifiques en copropriété ;
• un gestionnaire doté d’une fibre sociale, d’empathie et de la ferme volonté de mener à bien une mission de longue haleine parfois semée d’embûches, sans autre objectif que de sortir la copropriété de l’abysse financier qui la guettait. Christine Abribat, du cabinet de syndic, indique qu’il est «indispensable qu’un lien de confiance existe entre le syndic et les copropriétaires». Cette relation lui a permis d’avoir son mandat renouvelé chaque année depuis sa désignation en 2005 ;
• un comptable aguerri et un service contentieux hors pair chez le gestionnaire, rigoureux, stricts et dédiés à cette unique mission (des dizaines de saisies immobilières peuvent, en effet, être soumises au vote de l’assemblée générale de copropriété). Deux salariés ont été affectés à cette tâche au cabinet de syndic. Dans le dossier “Canuts”, une association de copropriétaires, à laquelle la copropriété est adhérente,  a prêté main forte au syndic pour le contrôle des comptes et la gestion des impayés. Chaque trimestre, des commissions de contrôle sont réunies pour assurer un suivi efficace et régulier des dettes ;
• des pouvoirs publics réactifs, à l’écoute, maîtrisant les arcanes des copropriétés en difficulté ;
• un opérateur structuré avec lequel il est indispensable d’échanger très régulièrement. Chacun des intervenants considère avec respect le professionnalisme de l’opérateur dans cette expérience.

La rédaction tient particulièrement à remercier la présidente du conseil syndical, Mme Richer et Christine Abribat, présidente du cabinet syndic Cazalières à Paris 17ème, pour leur disponibilité, ainsi que les services de l’ANAH.