[N° 581] - Signalétique des parties communes : faites le bon choix

par Paul TURENNE
Affichages : 37498

Index de l'article

Jalonner un déplacement, se repérer dans les espaces, orienter vers les accès, services et évacuations, ou bien encore, avertir des risques… La signalétique, indispensable en copropriété, obéit à des règles strictes. Rappel des normes en la matière.

Crédit Entreligne

Tabac : interdictions formelles !

Pour rappel, l’ensemble des parties communes d’un immeuble d’habitation est concerné par l’interdiction de fumer prévue aux articles R. 3511-1 et suivants du code de la santé publique. Qui plus est, depuis le 1er février 2007 (date d’entrée en vigueur du décret du 15 novembre 2006), il est formellement interdit de fumer dans les lieux dits collectifs, que ces derniers soient couverts ou fermés, accueillant du public ou considérés comme des lieux de travail. Afin d’être en accord avec les dispositions de l’arrêté ministériel du 22 janvier 2007, cette interdiction se doit d’être signalée dans les parties communes par un panneau conforme à la loi. Au cas où un fumeur indélicat ne respecterait pas cette obligation et faute d’avoir apposé une telle signalétique, la copropriété risque de se voir infliger une amende forfaitaire de 135 euros.
Par ailleurs, un locataire qui subirait des nuisances régulières de ce type serait à même de sommer son bailleur de faire cesser ce trouble de voisinage. Depuis le 15 novembre 2006, tout bailleur est en effet tenu d’assurer «la jouissance paisible du logement et (...) de le garantir des vices ou défauts de nature à y faire obstacle», selon l’article 6 de la loi n°89-462 du 6 juillet 1989.