[CCED N°5] - Le reportage : Clichy-sous-Bois : Lancement d’une ORCOD d’intérêt national - Un programme d’envergure

par Julie HAINAUT
Affichages : 11531

Index de l'article

Un programme d’envergure

Le 12 avril, Emmanuelle Cosse, ministre du logement et de l’habitat durable, a participé au comité directeur (CODIR) de l’ORCOD de Clichy-Sous-Bois. Réuni sous l’égide de l’EPF Ile-de-France, le CODIR a validé le projet urbain pour le Bas-Clichy sur une durée de 10 ans. Il est prévu en trois temps et s’articule autour de trois grandes orientations correspondant «aux solutions les plus réalistes en termes de délai, de coût et d’efficacité» : une ville parc (articulation avec l’arc paysager de Seine-Saint-Denis, développement des espaces verts), une ville active (aménagement du nouveau centre-ville, développement de voies publiques), et une ville populaire (diversification du parc de logement, développement d’activités économiques et d’équipements publics). L’opération prendra vingt-cinq ans, dont dix ans de démolition et de reconstruction. Le CODIR a également permis de s’engager dans une démarche partenariale en faveur du relogement des ménages concernés par l’ORCOD, préalable indispensable à la réussite de l’opération à court, comme à long terme. «Parce que la réussite du projet suppose que le quartier puisse retrouver une véritable mixité sociale mais aussi fonctionnelle, ces relogements ne pourront pas intervenir uniquement à Clichy-sous-Bois et la solidarité départementale et régionale sera indispensable» indique le ministère. Emmanuelle Cosse précise qu’elle veillera «à la mobilisation des contingents de logements réservés par les préfets de départements de la Région. En parallèle, les bailleurs sociaux seront in- cités à s’engager dans cette démarche et mobiliser leurs propres contingents de logements. En contrepartie, ils pourront bénéficier de droits à construire dans les opérations de construction portées par l’État et ses établissements publics à savoir : dans les communes carencées où la production de logements sociaux est très insuffisante au regard des objectifs fixés par la loi SRU et dans les nouvelles opérations d’intérêt national qui seront lancées à l’échelle de la région Ile-de-France.» Le quartier du Bas-Clichy compte plus de 10 000 habitants, soit le tiers de la population de Clichy-sous-Bois. 1 500 familles seront relogées dans le cadre de ce projet.