[N° 596] - Vitrages, volets et garde-corps : Place à l’innovation - Climawin, la fenêtre européenne active “intelligente”

par Paul TURENNE
Affichages : 25420

Index de l'article

Climawin, la fenêtre européenne active “intelligente”

Développée par un consortium de sept partenaires issus du Danemark, d’Allemagne, d’Irlande et du Portugal dans le cadre d’un projet de recherche financé par l’Union européenne, la technologie Climawin repose sur un système de clapet installé dans le dormant, en partie haute du châssis.
Cette fenêtre, pensée pour le marché de la réhabilitation, intègre ainsi un système de ventilation actif “intelligent”. Ce dernier permet d’atténuer l’impact négatif de la ventilation sur le bilan énergétique – du fait de l’arrivée d’air froid – sans pour autant avoir à mettre en place un système double flux avec récupérateur de chaleur. Une mini révolution sur le marché de la rénovation énergétique.
«Les fenêtres sont une source importante de perte de chaleur dans les bâtiments. C’est pourquoi nous avons imaginé un système de ventilation passif avec récupération de chaleur», précise Brian O’Brien, porte-parole du projet pour l’agence irlandaise Solearth Ecological Architecture. «Les essais effectués montrent que pour un bâtiment standard équipé de fenêtres Climawin, les performances énergétiques sont améliorées de 18 à 24 %».

 

Clapet piloté par des capteurs

En cas d’importants écarts de températures mesurés de part et d’autre de la menuiserie en période froide, le clapet va se positionner de manière à faire remonter l’air extérieur à l’intérieur de la fenêtre. Celui-ci va ainsi se réchauffer lors de son ascension entre les vitrages et arriver moins froid dans le bâtiment.

A contrario, en période chaude, un store à lames orientables inséré dans la menuiserie va descendre et le clapet s’orienter de manière que le flux d’air circulant dans la menuiserie soit renvoyé vers l’extérieur. Deux actions qui vont permettre de limiter la montée en température des vitrages et ainsi limiter la pénétration de calories dans le bâtiment.

Enfin, le clapet peut également s’ouvrir dans les deux sens, pour renouveler l’air intérieur d’une pièce trop confinée, la fenêtre étant également connecté à un détecteur de CO2.
A noter qu’aucun raccordement à une installation électrique n’est nécessaire. Des modules photovoltaïques de quelques cm² fournissent en effet l’alimentation du système électronique et du wifi permettant aux différentes sondes de piloter le clapet.

Cette fenêtre innovante, produite au Danemark et en Allemagne, sera disponible sur le marché européen d’ici la fin 2014, en version bois ou aluclad (structure composite composé de bois et d’aluminium). Les fabricants de menuiserie pourront intégrer la technologie dans leurs propres produits en contrepartie de l’achat d’une licence auprès du consortium Climawin, formé par les trois sociétés à l’initiative du projet. Reste que sa diffusion pourrait être moindre sur les chantiers hexagonaux du fait des différences culturelles de pose entre les professionnels. Alors que les Allemands, par exemple, privilégient la pose en tableau (dans l’épaisseur du mur), les Français posent, eux, le plus souvent en applique (sur la façade), ce qui limite la compatibilité avec ce système.

Pour en savoir plus (en anglais) : www.climawin.eu