par André VALDÈS
Affichages : 1957

Le présent arrêt statue sur la nature de l’obligation du vendeur d’immeuble en l’état futur d’achèvement, en cas de désordres survenus après réception des travaux, mais ne portant pas atteinte à la solidité de l’ouvrage ou ne le rendant pas impropre à sa destination.

Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire la suite.