Coronavirus et assemblée générale

par Edilaix
Affichages : 8557

Index de l'article

La crise sanitaire que traverse la France a de nombreuses répercussions sur notre vie quotidienne.

Parmi toutes les difficultés que traversent nos concitoyens, il en est une qui concerne les assemblées générales des immeubles soumis au statut de la copropriété. De nombreuses interrogations se font jours.
Quid des assemblées générales d’ores et déjà convoquées ?
Quel sera le sort des mandats de syndic à renouveler si les assemblées générales sont reportées ?
Un syndicat des copropriétaires peut-il, exceptionnellement, être géré par un syndic malgré l’expiration de son mandat ?
Les mesures ELAN apportent-elles des solutions concrètes ?...

Au lendemain des mesures annoncées par les pouvoirs publics impliquant, de facto, l’annulation des plusieurs milliers d’assemblées générales mais aussi de réunions de conseils syndicaux, des revendications diverses ont fleuri (adoption urgente de l’arrêté relatif au vote par correspondance ; rédaction d’un décret prolongeant de six mois la durée des mandats en cours ; report de l’entrée en vigueur de la réforme du statut de la copropriété…). Certaines mesures ont aussi été préconisées par les pouvoirs publics (cf. circulaire du 14 mars 2020 sur la désignation d’un administrateur provisoire, voir infra).

Quelles sont les solutions envisageables ? Comment adapter les réponses aux différentes hypothèses auxquelles sont confrontés copropriétaires et gestionnaires ?